OS X Mountain Lion – le dernier chaînon avant un OS Apple unifié.

Depuis la présentation d’OS X Moutain Lion, la prochaine version du système d’exploitation des Macs faisant la part belle aux fonctionnalités issue d’iOS, les commentaires vont bon ton et une bonne partie d’entre eux est très critique vis à vis de la direction qu’Apple fait prendre à son OS phare.

En effet, pour nombre de personnes Apple n’est ni plus ni moins qu’en train de tuer OSX en le remplaçant petit à petit par iOS qui leur apparaît trop limité pour un usage bureautique ou professionnel. Pour d’autres, comme par exemple Gartner, jamais iOS et OSX ne fusionnerons mais il est difficile comme toujours avec Apple de savoir sur quel pied danser…

De mon coté je suis totalement convaincu qu’Apple a enfin pris la décision de faire converger et surtout fusionner OSX et iOS afin de délivrer une expérience exceptionnelle aux mac users (oui, je fais mon Steve).

Mais attention, je ne crois pas un instant que iOS remplacera OSX mais plutôt que ce futur OS permettra d’utiliser OSX et iOS ! Apple proposerait alors un OS «multi-expérience».

OS X Mountain Lion   le dernier chaînon avant un OS Apple unifié.

Je pense que la meilleure chose que puisse faire Apple pour imposer encore plus ses produits et l’écosystème qui tourne autour est de proposer également au sein d’OSX l’expérience de l’iPad et de proposer également sur les devices iOS l’expérience OSX.

L’expérience iOS au sein d’OSX.

OS X Mountain Lion   le dernier chaînon avant un OS Apple unifié.

Il n’est pas très compliqué d’imaginer que pour certains usages le simple fait d’ajouter un écran tactile sur la gamme des Macs apporterait un sacré confort d’utilisation, ces derniers disposent en effet déjà de plusieurs gestes multitouch via le trackpad. En effet si l’on prend l’exemple de la navigation web, quoi de plus agréable que de faire défiler les pages avec les doigts directement sur l’écran plutôt que sur le trackpad, idem pour la fermeture des applications et Mission Control qui prendrait alors tout son sens.

Par ailleurs, certaines Apps sont particulièrement adaptées à un usage sur «grand écran». Si je prends par exemple iThoughts HD, l’App de MindMap que j’utilise quotidiennement, ou encore iMockups, l’App de wireframing dont je me sers régulièrement dans mes missions, toutes deux se prêteraient parfaitement bien à une utilisation sur un écran 27’’ et le confort d’utilisation serait accru. D’ailleurs si la rumeur sur la résolution de l’iPad 3 est fondée (2048 x 1536 px), cela voudra dire que toutes les Apps iPad seront conçues pour un affichage parfait sur toutes les résolutions existantes sur les Macs, incluant l’iMac 27’’ (2 560 x 1 440) … wow !

OS X Mountain Lion   le dernier chaînon avant un OS Apple unifié.

Bien sur, il parait illusoire d’utiliser une application comme Photoshop sans souris (ou tablette graphique), mais il est en revanche possible de trouver des nouvelles fonctionnalités tactiles apportant de la valeur à ces applications. Par exemple pour Photoshop, il suffirait que la version OSX propose la fonctionnalité de mélangeur de couleur de l’App iPad développée par Adobe

Concernant la gestion des fichiers, qui est une des grandes différences entre OSX (très ouvert grâce au finder) et iOS (très fermé dans son approche), la question n’aura bientôt plus de sens car avec un intégration poussée d’iCloud au sein des applications Apple et rapidement de celles des éditeurs, il importera peu de savoir ou vous avez enregistré vos fichiers car l’application tant Mac qu’iPad (sur le Mac ou réellement sur l’iPad) y accédera instantanément dans iCloud… Ça ne vous empêchera pas de continuer à gérer vos fichiers classiquement, mais permettra à ceux qui le souhaitent de les partager en toute simplicité entre les différents appareils et les différentes expériences sur le même appareil.

Donc, en résumé, OSX intégrerait en son sein toute la puissance d’iOS sans pour autant renier ses racines. Laissez libre court à votre imagination et vous verrez, il n’y a que des avantages à proposer sur OSX également l’expérience d’iOS.

L’expérience OSX sur les devices iOS.

Quelle différence y a-t-il entre un MacBook Air et un iPad ? Un poil plus de puissance, un clavier, un trackpad et OSX. Ni plus, ni moins.

OS X Mountain Lion   le dernier chaînon avant un OS Apple unifié.

Avec la sortie de l’iPad 3, la puissance ne sera plus vraiment différenciante, restera alors OSX et le couple clavier / trackpad.

Pourquoi ne pas imaginer que l’iPad soit capable de lancer certaines applications OSX en permettant d’utiliser le clavier bluetooth et surtout le trackpad ou une souris bluetooth ? On peut également imaginer que l’iPad bascule quasi instantanément sur un environnement OSX, le temps de démarrage d’un MacBook Air étant d’une dizaine de secondes, mais je pense que ça serait une erreur de proposer sur l’iPad l’interface utilisateur d’OSX, j’y reviendrais plus loin.

Il serait en tout cas bien plus confortable d’utiliser Pages en version OSX qu’iPad, en particulier pour la mise en page, et le support de la souris ou du trackpad dans ce cas serait indéniablement un plus. Sur le même principe, Photoshop serait pleinement utilisable tout comme de nombreuses applications que vous utilisez quotidiennement sur votre Mac.

Là également, la présence d’iCloud est un réel plus qui permet de passer d’une App iPad à une application Mac (sur l’iPad) en conservant le même accès au fichiers, très pratique donc pour faire une retouche avec Photoshop sur une image puis la présenter en mode iPad, plus agréable et «vendeur» du fait de son coté tactile.

A ce stade on peut penser que finalement l’iPad n’a plus vraiment d’intérêt car il devient de fait un MacBook Air sans clavier ni trackpad, mais c’est faire une erreur grossière. En effet, si un MackBook Air à qui on retire clavier + trackpad devient inutilisable, ça n’est pas le cas d’un iPad qui reste tout à fait à l’aise sans le moindre périphérique.

OS X Mountain Lion   le dernier chaînon avant un OS Apple unifié.

En effet, il est tout à fait pertinent de proposer plusieurs expériences d’utilisation différentes car ces dernières permettent d’élargir le nombre d’utilisateur susceptibles d’être intéressés. Je connais de nombreuses personnes qui ont acheté un iPad parce qu’elles n’avaient pas envie de s’embêter avec un ordinateur, et qui ne regrettent rien. Je connais également d’autres personnes qui possèdent un Mac, un iPad et un iPhone (moi par exemple) parce que chacun de ces appareils leur apportent quelque chose que les autres ne permettent pas.

Donc, en résumé, iOS intégrerait en son sein toute la puissance des applications OSX sans pour autant renier ses racines. En laissant libre court à votre imagination vous verrez qu’il n’y a que des avantages à proposer sur iOS également l’expérience des applications d’OSX.

Résumé des indices étayant cette hypothèse.

  • la résolution (présumée) de l’iPad 3 est équivalent à celle d’un iMac 27’’, les Apps ne seraient donc pas du tout pixelisées sur un iMac.
  • la puissance d’un MacBook Air est très proche de celle (présumée) d’un iPad 3, ce dernier serait donc parfaitement capable de faire tourner des applications Mac comme photoshop
  • iCloud fait passer au second plan le Finder et permettrait de s’affranchir pour simplifier les échanges de documents entre les deux OS intégrés
  • l’interface utilisateur d’OSX fait la part belle au gestes tactiles et se rapproche cognitivement de celle de l’iPad, mais cela reste limité sur un trackpad alors que directement sur l’écran…
  • à force d’utiliser des devices tactiles nous avons acquis certains réflexes et je suis sur qu’il vous est déjà arrivé de vouloir manipuler directement sur votre écran le contenu qui y était affiché..

iOS + OSX, un OS multi-expérience.

La stratégie qui me parait la plus adaptée pour cet OS multi-expérience est de conserver sur chaque appareil l’interface utilisateur de l’OS qui était habituellement la sienne, et de proposer indifféremment les applications provenant de l’une ou l’autre des plateformes en les encapsulant lors de leur exécution (par exemple ajouter un menu horizontal en haut de l’écran sur l’iPad pour l’exécution de photoshop, ou supprimer de l’écran le menu et le dock d’OSX dans le cas de l’exécution d’une App iPad).

A ce stade on peut penser que cet OS multi-expérience partagerait le même coeur et que seule la partie interface utilisateur différerait. On peut bien sur aller plus loin et considérer que l’expérience iOS fonctionnerait comme une surcouche sur tous les  appareils Apple, OSX tournant en tache de fond, mais c’est je pense oublier qu’il n’y aurait aucun intérêt à faire tourner OSX sur un iPhone… et que sur un iPad l’intérêt serait limité également. Pourquoi faire tourner en tache de fond un OS qui ne serait utilisé que 5% du temps par les utilisateurs ?

La tendance d’Apple sur ces dernières années a été d’unifier ses services de manière visuelle, puis d’unifier certaines gestuelles d’utilisation, puis d’unifier certaines fonctionnalités, … il pourrait paraitre assez logique que l’étape d’après soit d’unifier les OS, ce qui je pense prendra la forme d’une union dans laquelle aucun ne disparaitra au profit de l’autre.

Ainsi, partageant une coeur commun, des services et des Apps communes tout en proposant deux expériences différentes mais imbriquées, Apple disposerait d’un OS multi-expérience très en avance par rapport à la concurrence et qui permettrait de continuer à capitaliser sur sa stratégie de marché captif si profitable jusqu’à aujourd’hui !

J’espère toutefois que lorsque Apple sortira ses premiers device multi-expérience ils auront réglé les problèmes liés aux traces de doigts sur l’écran, parce qu’autant sur un iPad ça passe, autant sur un iMac non OS X Mountain Lion   le dernier chaînon avant un OS Apple unifié.

Ne ratez plus aucun article !

Inscrivez vous à la newsletter d’haikusages.fr et recevez un résumé hebdomadaire par email !

Auteur: Fabien Grenet

Fabien est entrepreneur et designer de service. Il travaille chez HENSEN conseil, l'agence de conseil en design de service & d'expérience qu'il a fondé. S'appuyant sur une approche design créative centrée sur l'utilisateur final, elle accompagne startups, PME et grands groupes dans la réflexion, la conceptualisation et la mise en oeuvre de solutions web & mobile ainsi que dans la mise en oeuvre de dynamiques de travail collaboratives.

Share This Post On

6 Comments

  1. La convergence iOS – OSX est annoncée officiellement par Apple quand tu vas les voir à Paris ;-)

    Post a Reply
    • Je n’ai pas (encore ?) eu cette chance !
      Ce qui m’intéresse le plus dans l’histoire, ça n’est pas tant la convergence que la manière dont elle va se faire et surtout les changements qui auront lieu sur les gammes de produits actuellement disponibles. En particulier sur l’arrivée (ou non) du tactile sur les iMac et MacBook..

  2. Merci !
    On voit petit à petit se profiler une partie des idées que tu émettais à l’époque, et la tendance va aller en s’accélérant avec Mountain Lion.

    Je suis convaincu comme toi que l’arrivée de l’iPad (en fait plus exactement celle de l’iPhone) a impulsé une dynamique lente mais profonde de changement de paradigme dans la manière dont est perçue la technologie qui petit à petit s’efface au profit de l’expérience que l’on vit avec.

    Le monde numérique grand public est en plein dedans, et cette dynamique commence à toucher l’entreprise mais encore très lentement… c’est d’ailleurs un peu pour ça que je propose d’accompagner les directions métiers (et les DSI) sur le chemin du design de service & d’expérience (non, ça n’est pas du tout de la publicité déguisée pour ma nouvelle activité..) !

    Au passage, je suis bien content d’avoir eu confirmation à la keynote de ce soir de la résolution écran de l’iPad 3, pardon, du nouvel iPad : 2048×1536… et j’ai hate de voir ce que donnera une App iPad conçue pour cette résolution sur un bel écran d’iMac 27″ :)

    Post a Reply
  3. Bel article et excellente nouvelle si elle se confirme!
    Depuis peut-être 2 ans, j’y pensais et attendais avec impatience qu’IOS s’invite un jour dans OSX.

    On voit pas comment Apple pourrait indéfiniment passer à côté du tactile pour les ordi.

    « Bien sur, il parait illusoire d’utiliser une application comme Photoshop sans souris (ou tablette graphique) »
    Je suis graphiste et bosse depuis 3 ans sur un écran tactile secondaire, essentiellement pour Photoshop. ça ne remplace pas tout mais le gain en productivité est franchement énorme.

    Post a Reply
    • C’est exactement le fond de ma pensée ! (quand j’ai cité les tablettes graphiques, les écrans tactiles conçus pour cet usage étaient compris dedans dans mon esprit)

      Pour certains usages, le tactile (tablettes, écran tactile, …) apporte une facilité, rapidité, simplicité d’usage que ne permet pas le couple souris / clavier, sans parler du « contact physique & mental » avec ce que l’on est en train de créer du fait de l’utilisation de ce sens primaire qu’est le toucher !

      Malgré tout je suis persuadé que souris & clavier cohabiteront de longues années avec le tactile parce que sur certains usages particuliers on ne peut pas (encore) se passer d’eux.

      L’avenir nous réserve encore pas mal de surprises, mais le peu de choses que l’on pense entrevoir est très enthousiasmant :)

C'est à vous !